Salaire à l’embauche, suis-je une bonne négociatrice ?
L’avis de nos experts
Marie-Andrée Joulain

Salaire à l’embauche, suis-je une bonne négociatrice ?

Publié le 25/10/2019 par Marie-Andrée Joulain
Refusons le raisonnement très raccourci et faux qui consisterait à penser que si les femmes n’ont pas un meilleur salaire à l’embauche c’est parce qu’elles ne savent pas négocier !

Un entretien d’embauche de qualité est un entretien qui sait reconnaitre les compétences, situer leur valeur marchande et garantir l’égalité interne, indépendamment de la capacité de persuasion du candidat... dans un monde idéal… c’est-à-dire quand le recruteur est sensibilisé à tous les biais cognitifs qui le privent parfois de son discernement. Donc, si nous les femmes avons aussi une carte à jouer à ce moment-là, il ne faudrait surtout pas s’en priver. Alors c’est parti ! Jouons notre carte en trois étapes.

J’ai conscience de ma valeur

Combien je vaux ? Je définis mes points forts et ma valeur ajoutée : mes connaissances  et savoir-faire que je sais mobiliser, mes qualités personnelles, mes réalisations et mes succès professionnels. Vous n’y arrivez pas seule ? Reprenez vos expériences professionnelles, par exemple les bilans de vos entretiens annuels. Ça ne suffit pas ? Questionnez vos (anciens) collègues, partenaires, clients, managers. Vos amis ? Pourquoi pas, mais ce peut être difficile pour eux de vous faire un retour objectif et constructif. Ecoutez et entendez ce qu’ils disent de vous. Et surtout, venez rencontrer un consultant ou une consultante en développement professionnel à l’Apec, c’est gratuit. Ce rendez-vous avec une personne porteuse d’un regard neutre, extérieur et méthodologique sera à coup sûr une bonne rencontre pour objectiver votre valeur professionnelle.

Je prépare une présentation convaincante

Vous le savez, la forme est aussi importante, voire plus, que le fond, alors entraînez-vous à pitcher deux minutes dans une allocution courte et persuasive, avec les bons mots-clés, résolument orientée illustrations et résultats. Mettez-vous à la place du recruteur pour préparer les bons arguments. Une bonne connaissance des salaires pratiqués sur le marché viendra objectiver votre argumentation pour être plus à l’aise. Comment faire ?

  • Examiner et comparer les salaires dans les offres d’emploi que vous ciblez.
  • Lisez les enquêtes de rémunérations que vous trouverez sur internet.
  • Utilisez un simulateur de salaire, par exemple celui que propose l’Apec.

J’ose négocier

Acquérir une bonne connaissance de soi pour progresser dans sa posture d’affirmation, ça aide. Vous pouvez aussi écrire votre argumentaire pour vous en imprégner. Soyez dans une relation d’échanges, faites réagir l’autre à vos remarques. Par exemple, si le recruteur vous propose 35 k€, mais que, au regard de votre préparation, 40 k€, vous parait plus juste, défendez-le en argumentant. « Ce que vous me proposez me semble en dessous du marché parce que… ». Voici les critères qui viennent pondérer une demande de salaire :

  • La fonction visée et le secteur d’activité
  • La gestion d’un budget
  • Le management d’une équipe
  • La dimension internationale du poste avec la maîtrise d’une ou plusieurs langues
  • Le niveau de diplôme
  • Le niveau de maîtrise des compétences requises via l’expérience acquise
  • Le lieu de travail, les déplacements

Et enfin, n’oubliez surtout pas d’aborder tous les points qui vous semblent essentiels pour défendre votre candidature. N’attendez pas que le recruteur les aborde pour lui en parler. Vous prendriez le risque de voir l’entretien se terminer sans avoir pu s’exprimer sur ces sujets. Ce serait vraiment dommage.

En conclusion, oser négocier son salaire, oui…mais pas que …
N’oubliez pas tout d’abord que la rémunération ne comprend pas que le salaire. On distingue bien sûr la rémunération dite « directe », mais aussi la rémunération différée (intéressement, plan d’épargne, participation, etc.), les avantages en nature (voiture, ordinateur, téléphone, adhésion à un réseau, etc.) et enfin d’autres éléments comme le niveau de couverture de la mutuelle, la participation aux déjeuners, aux loisirs, l’assurance automobile, la participation aux frais de transport au-delà de l’obligation légale, une conciergerie… Un niveau de salaire proposé inférieur au prix du marché peut être parfois compensé par des avantages que ne proposent pas d’autres entreprises et qui feront la différence.

La bonne info !
Le module gratuit #NEgoTraining proposé aux femmes de la métropole nantaise pour se former à la négociation salariale.

 

À propos de l’auteure

Marie-Andrée Joulain est consultante relations entreprises au centre  Apec de Nantes. Elle travaille à l’Apec depuis 2002, elle est diplômée de l’université catholique de l’Ouest, en psychologie sociale.  
Elle accompagne les entreprises dans leurs recrutements et la gestion des compétences. Ce qui lui permet de donner des conseils aux cadres avec une vision « recruteur » pour leur permettre de mieux se positionner.

 

Voir tous les avis de nos experts