Reprendre contact avec un recruteur après le confinement
L’avis de nos experts
Stéphanie Santa Maria

Reprendre contact avec un recruteur après le confinement

Publié le 26/05/2020 par Stéphanie Santa Maria
Vous avez passé un entretien d’embauche juste avant le confinement et, depuis, le processus de recrutement a été gelé. Alors que les entreprises reprennent peu à peu leur activité, voici trois conseils pour renouer le contact avec diplomatie et efficacité.

Renseignez-vous pour mieux communiquer

Les deux mois qui viennent de s’écouler ont bouleversé les entreprises. Organisation du travail, chiffre d’affaires, prévisions de croissance, etc. Selon ses spécificités et son secteur d’activité, chacune a été différemment impactée. Dans ce contexte, il est primordial, avant de reprendre contact, de vous renseigner. Votre recruteur potentiel a-t-il été affecté ? A-t-il annoncé des pertes, une réorganisation, de nouveaux projets ? Comment se porte le secteur d’activité ? Consultez la presse professionnelle, renseignez-vous via vos contacts personnels, invitez votre recruteur sur Linkedin et suivez la page de l’entreprise si ce n’est déjà fait. Vous pourrez utiliser ces informations avec pertinence lors de votre reprise de contact : « J’ai lu avec beaucoup d’intérêt l’article qui vous concerne… » Une manière ouverte de renouer la discussion.  

 

Maintenez un contact léger mais régulier

Même en ces temps compliqués, vous devez vous manifester et partir du principe que, tant que l’on ne vous a pas dit non, le process de recrutement est maintenu. En revanche, gardez à l’esprit que votre recruteur est sans doute débordé après deux mois de gel des activités, et qu’il navigue lui-même à vue. Vos messages ne doivent en aucun cas lui apparaître comme des injonctions supplémentaires. Par mail, privilégiez un message qui ne pose pas trop de questions et n’impose pas de réponse. Contentez-vous de confirmer votre motivation, votre disponibilité. En cas de non-réponse, reprenez contact la semaine suivante, mais en variant les canaux de communication – un partage sur LinkedIn ou Twitter, par exemple. N’hésitez pas non plus à varier les interlocuteurs, en contactant tour à tour le responsable RH et l’opérationnel, voire même, pourquoi pas, un futur collègue via un réseau social. Une manière habile et non-invasive de vous rappeler au bon souvenir de l’entreprise.

 

Au téléphone, soyez prêt à vous adapter

Au téléphone, ne laissez jamais de message si vous n’avez pas votre interlocuteur en direct. En revanche, s’il décroche, vous devez vous tenir prêt. Préparez un pitch de 20 secondes, clair et pédagogique, pour vous présenter, rappeler la date et le contexte de votre rencontre, puis venez aux nouvelles. Quelles que soient les réponses de votre interlocuteur, positionnez-vous en facilitateur plutôt qu’en demandeur. Si une vraie discussion s’engage, n’hésitez pas, le cas échéant, à offrir vos services alors même que l’embauche n’est pas finalisée : vous êtes disponible pour lire un document, vous pouvez assister à une visioconférence, vous êtes polyvalent en cas d’urgence, etc. En devenant force de proposition, vous aidez votre interlocuteur ou votre interlocutrice à vous projeter positivement au sein de l’entreprise et vous marquez des points décisifs.

 

 

À propos de l’auteure

 

Stéphanie Santa Maria est consultante Développement professionnel au centre Apec de La Défense. Après être intervenue auprès de la clientèle entreprise, elle accompagne aujourd’hui des cadres en recherche d’emploi ou en activité à toutes les étapes de leurs parcours professionnels. Elle a rejoint l’Apec en 2009 après un DESS en sociologie des organisations et un parcours de dix années sur des fonctions RH à dominante recrutement, dans les secteurs banque, mutuelle, énergie, communication.

Voir tous les avis de nos experts