Votre salaire à l'embauche : 5 erreurs à ne pas commettre

Votre salaire à l'embauche : 5 erreurs à ne pas commettre

Publié le 25/10/2019

Déjà que ce sujet est délicat à aborder en entretien de recrutement, il serait dommage de vous plomber en faisant une des 5 erreurs rédhibitoires, bien plus communes que l’on croit, exposées dans cet article. Bonne lecture.

Gonfler votre précédent salaire pour obtenir plus


Vous risquez d'être démasqué : il est possible que l'on vous demande une feuille de paie, en particulier si vous passez par un cabinet de recrutement. Il vaut mieux, si c'est le cas, précisez  au recruteur les raisons pour lesquelles vous aviez accepté une rémunération faible (1er poste, développement de nouvelles compétences, package...) et pourquoi ces raisons ne sont plus d'actualité.
 

 Demander une rémunération précise


Lorsque l'on vous interroge sur vos prétentions salariales, ne donnez pas un chiffre mais une fourchette (35 à 40 K€, 45 à 50 K€) de manière à laisser la place à la discussion. Toutefois, le recruteur sera tenté de vous offrir le bas de la fourchette, fixez-le en fonction de ce que vous êtes prêt à accepter.


 
 Poser un ultimatum en cas de désaccord


Il y a un fossé entre vos exigences et ce que l'on vous propose ? Ne claquez pas la porte ! Offrez plutôt à votre interlocuteur la possibilité de réfléchir à tête reposée et de reprendre la négociation lors d’un nouvel entretien au cours duquel vous lui présenterez de nouveau tous vos arguments. Après quoi, il pourra vous donner une réponse définitive.


   
Se montrer arbitraire


Ce n'est pas parce que vous changez de poste que l'on vous offrira automatiquement 10 ou 20 % de plus que votre précédent salaire. Si vous voulez obtenir gain de cause, il vous faut convaincre le recruteur en étayant votre demande avec des arguments concrets liés à vos compétences, vos résultats et à votre expérience.
Plus généralement, il ne convient pas de parler de votre future rémunération en entretien avant d'avoir convaincu le recruteur.


 Mettre en avant des difficultés financières liées à sa vie privée


Vous avez des difficultés financières personnelles, liées à des crédits ou des dettes diverses ? Ce n'est évidemment pas un argument à utiliser lors d'une négociation avec un futur employeur.
 
Article rédigé par J.Bordier

 

 

 

Voir tous nos conseils