Augmentation, les attitudes à proscrire

Augmentation, les attitudes à proscrire

Publié le 25/10/2019

L’augmentation de votre salaire est sans doute l'un des sujets les plus délicats à aborder avec votre chef lors de vos entretiens clés… Alors au moins n’adoptez pas les attitudes décrites dans cet article si vous voulez mettre toutes les chances de votre côté et ne pas voir celle-ci s’envoler.

1. Attendre que l'on vienne vous proposer une augmentation


Votre entreprise ne connaît pas nécessairement l'étendue de vos compétences et de vos qualités ! Et il est possible qu'on ne pense pas spontanément à vous proposer une augmentation après une mission brillamment réussie. A vous de vous manifester et de profiter du crédit que vous venez d'acquérir pour aborder la question...

 

2. Mettre votre boss au pied du mur


Ne faîtes pas de votre augmentation une condition sine qua non pour accepter ou non un projet. "Cette attitude de défiance peut conduire votre patron à choisir quelqu'un d'autre pour ce projet. La négociation demande un climat serein. Acceptez la proposition, et redemandez un rendez-vous par la suite pour évoquer la question de votre augmentation avec votre N+1.

 

3. Y aller bille en tête


Le bon moment, c'est celui où votre manager sera réceptif. Inutile de lui parler salaire à une période où il est stressé ou débordé. Repérez les moments de la journée ou du mois où il est plus disponible pour lui glisser un mot à ce sujet. Il y a plus de chance qu'il prête une oreille attentive à votre demande.


4. Comparer son salaire avec celui de ses collègues


Votre demande d’augmentation doit être demandée sur des éléments objectifs, par exemple votre nombre de ventes réalisées ces derniers mois ou votre chiffre d'affaires en augmentation ! Vous ne pouvez pas la demander uniquement parce que les autres gagnent plus que vous ou ont bénéficié d’une augmentation récemment.

5. Essayer de bluffer


Dire que vous avez obtenu une proposition plus alléchante ailleurs alors que ce n'est pas le cas, ne vous aidera pas. Au mieux, votre employeur se braquera et la négociation salariale s'arrêtera. Au pire, il vous dira d'accepter cette autre offre, et vous vous retrouvez sans voix !

6. Etre catégorique


Il vaut mieux jouer la carte de la discussion et du consensus et ne pas arriver en tête avec un montant précis de votre augmentation si vous voulez qu’elle est des chances d’aboutir


Article rédigé par J.Bordier

 

 

Voir tous nos conseils