Cap sur l’employee advocacy

Cap sur l’employee advocacy

Publié le 24/06/2020

Faire de ses collaborateurs des ambassadeurs de l’entreprise ! Si l’idée n’est pas nouvelle, elle a pris une autre dimension avec l’émergence des réseaux sociaux. Un usage que les entreprises ont tout intérêt à exploiter pour renouveler leur communication corporate et qui invite les RH à repenser leurs pratiques ! L’employee advocacy, c’est quoi ?

Une démarche d’employee advocacy consiste à encourager les collaborateurs à participer aux efforts de communication et à les inciter à partager les contenus à valeur ajoutée de leur entreprise sur leurs propres réseaux sociaux. L’idée est donc de tirer parti d’usages déjà existants et de les mettre au service des départements RH et de la marque employeur.


Une démarche gagnant-gagnant

Les entreprises qui s’engagent dans une telle démarche augmentent leur visibilité – la portée des messages de marque est multipliée par 24 quand ils sont partagés par les salariés –, contrôlent davantage leur communication et font évoluer leur image. Elles ont également accès à des audiences plus étendues et plus ciblées : chaque collaborateur possède un poste différent au sein de l’entreprise, un domaine d’expertise qui lui est propre, et donc un réseau professionnel plus spécifique. 

Pour les cadres, c’est l’occasion d’améliorer leur visibilité, d’étendre leur réseau professionnel et de se positionner comme experts référents sur leurs sujets via des prises de paroles régulières et pertinentes. Ils deviennent, sans forcément en avoir conscience, des “nano-influenceurs” au sein de leurs réseaux. Leur parole est perçue comme authentique, personnelle et désintéressée.


Quel impact sur le métier des RH ?

L’employee advocacy a un impact fort sur la stratégie et les pratiques RH, à plusieurs titres : la démarche constitue un nouveau levier pour développer la marque employeur et attirer de nouveaux talents, mais aussi pour mesurer la qualité de vie au travail et l’adhésion aux valeurs de l’entreprise. 

Déjà initiée dans des groupes tels que Mazars, l’Occitane ou Adecco France, l’employee advocacy est un phénomène dont les RH ont intérêt à accompagner le développement à l’avenir, y compris à petite échelle. Pour Florent Hernandez, le fondateur de la société SociallyMap, spécialisée en logiciels, il est essentiel d’expliquer la démarche en exposant “les objectifs, ce que cela va apporter à l’entreprise, mais aussi les bénéfices des collaborateurs en termes de carrière et de personal branding”. La pédagogie permet également de désamorcer d’éventuelles résistances face à une méthode qui peut être perçue comme intrusive.

Ensuite, il est crucial d’accompagner les équipes, en leur proposant par exemple des formations à l’utilisation des réseaux sociaux, ou en les aidant à créer leurs profils. Pour Pascal Kotzarikian, expert en stratégie de communication digitale et fondateur d’Hima Digital, “il est important que l’entreprise porte le sujet et croie en la démarche. Il faut ensuite accompagner les collaborateur·trice·s et investir sur des outils appropriés : une charte, des sessions de formation, etc.”


Le succès d’une politique d’employee advocacy repose enfin sur la qualité des contenus que l’on propose – plus les contenus sont pertinents et intéressants, plus les collaborateurs auront envie de les relayer – et sur la capacité à renouveler la motivation des équipes, grâce à un système de récompense et des communications régulières sur le projet. 

 

 

Voir tous nos conseils