Sélection des candidats : la crise sanitaire n’a pas remis en cause les pratiques des recruteurs

Sélection des candidats : la crise sanitaire n’a pas remis en cause les pratiques des recruteurs

Publié le 30/07/2021

La lettre de motivation et la demande des diplômes restent des étapes clés dans le processus de sélection opéré par les recruteurs. De même, l’expérience professionnelle et les compétences techniques priment toujours dans le choix des candidats retenus.

La lettre de motivation, un fondamental du recrutement 

Une fois le sourcing des candidats finalisé, les entreprises sont restées fidèles au processus de sélection qui leur a permis ces dernières années de finaliser leurs recrutements. Les deux tiers d’entre elles (66 % ; -3 pts) ont ainsi demandé une lettre de motivation et 59 % (+1 pt) ont ensuite eu recours à une présélection téléphonique. Mobilisées par la gestion de la crise, les entreprises ont toutefois allégé ce processus en étant notamment moins nombreuses à tester le niveau de maîtrise d’une langue étrangère (17 %, -4 pts). 

Des diplômes exigés mais peu vérifiés

Ce constat vaut également pour les procédures de vérifications auxquelles les recruteurs se sont livrés, toujours principalement axées sur la demande des diplômes (66 %, +1 pt) et le contrôle des références (57 %, -1 pt). Seulement un tiers des entreprises se sont toutefois assurées de l’authenticité des diplômes des candidats (33 %, -6 pts) et elles sont également moins nombreuses qu’en 2019 à avoir recherché des informations sur Internet pour confirmer ou compléter celles présentées dans les CV (34 %, -5 pts).

L’expérience professionnelle et les compétences techniques, critères principaux de choix du candidat

La crise ne semble pas non plus avoir bouleversé les critères présidant au choix des candidats finalement recrutés. La motivation et l’adéquation aux valeurs de l’entreprise constituent certes des critères de choix, dont l’importance varie selon la nature du poste à pourvoir, mais le parcours professionnel (46 %) et les compétences techniques (45 %) demeurent centrales, témoignant de l’importance accordée à ces éléments en période de crise. 

Source : Apec, Pratiques de recrutement des cadres, juillet 2021