Recrutement de cadres : les entreprises assouplissent leurs critères de sélection

Recrutement de cadres : les entreprises assouplissent leurs critères de sélection

Publié le 07/06/2022

Pour faire aboutir leurs recrutements, la plupart des entreprises ont réalisé des ajustements en 2021, notamment sur la rémunération proposée et le profil du candidat.

La crise n’a pas modifié le processus de sélection des candidats et des candidates

La lettre de motivation continue d’être très demandée par les recruteurs (67 %). La présélection téléphonique est une pratique toujours aussi répandue pour effectuer un premier tri parmi les candidatures ayant attiré l’attention des recruteurs (63 %). Il n’y a pas non plus d’évolution notable dans les procédures de vérification des candidatures ; une majorité des recruteurs (64 %) demandent les diplômes et effectuent des vérifications sur les informations fournies par les candidats, principalement sur les références (61 %) et, dans une moindre mesure, sur l’authenticité de leurs diplômes (31 %). Ils effectuent plus occasionnellement des recherches sur Internet, afin de confirmer ou compléter les informations contenues dans les CV (37 %). Le recours à différents types de tests (mises en situation professionnelle, tests de personnalité, de langue étrangère ou psychotechniques) pour évaluer les compétences des candidats concerne moins de la moitié des entreprises (48 %). La pratique est plus répandue au sein des grandes entreprises (63 %) et pour celles qui s’estiment confrontées à des recrutements difficiles (58 %). 

Les entreprises ont assoupli leurs critères de sélection 

Les difficultés rencontrées par les entreprises pour recruter des cadres en 2021 les ont conduites, pour une grande majorité d’entre elles (84 %), à procéder à des ajustements sur les profils recherchés, afin de finaliser leurs recrutements. Ces ajustements portent en premier lieu sur la rémunération proposée qui a été revue à la hausse (55 %). Les autres ajustements portent sur le profil recherché. Ainsi, 47 % des entreprises se sont résolues à recruter un cadre n’ayant pas toutes les compétences techniques requises et 46 % ont finalement recruté un candidat moins expérimenté qu’envisagé au départ. Plus que les autres, les grandes entreprises et celles qui estiment que leurs recrutements ont été difficiles ont dû consentir à des ajustements pour faire aboutir leurs recrutements.

Source : Apec, Pratiques de recrutement des cadres, juin 2022