Quel avenir pour l’entretien de recrutement en visioconférence ?

Quel avenir pour l’entretien de recrutement en visioconférence ?

Publié le 30/07/2021

Le recours à l’entretien de recrutement à distance, effectué sous la contrainte des mesures sanitaires, pourrait-il se révéler sans lendemain ? En dépit d’atouts, la visioconférence présente trop de limites, du point de vue des entreprises, pour s’imposer comme une alternative durable aux entretiens en présentiel.

La visioconférence, une pratique plus répandue par la force des choses

Les entreprises ont dû adapter leur processus de sélection de candidats aux contraintes sanitaires en s’appuyant sur les outils de visioconférence. Plus d’un tiers des entreprises ont ainsi réalisé des entretiens d’embauche en visioconférence (35 %), notamment les ETI et les grandes entreprises (54 %). Mais en dépit des protocoles sanitaires à respecter, seules 7% des entreprises ont réalisé l’intégralité de leur processus de recrutement à distance. Même les entreprises converties à la visioconférence ont maintenu une partie des entretiens en face à face, signe de la complémentarité des deux approches et de la réticence des recruteurs à basculer dans une relation exclusivement à distance avec les candidats.

Les atouts et inconvénients de la visioconférence selon les recruteurs

Les entretiens de recrutement en visioconférence ne sont pas dénués d’atouts aux yeux des entreprises :  ils permettent en particulier de rencontrer des candidats qui n’auraient pas pu se déplacer (40 %) et de gagner du temps (36 %). Mais la difficulté à analyser la communication non verbale (49 %) et l’impossibilité pour les candidats de se rendre compte de l’ambiance au sein de l’entreprise (44 %) constituent de sérieux freins au développement de cette pratique.

Un retour à l’entretien de recrutement en présentiel dans la majorité des cas

Seules 14 % des entreprises perçoivent cette pratique comme une tendance amenée à durer pour leurs recrutements de cadres, là où 22 % y voient une réponse temporaire à la crise sanitaire. Pour 64% des entreprise, la question ne s’est tout simplement jamais posée. En conséquence, les entreprises ne sont que 13 % à se dire certaines de recourir à la visioconférence pour leurs prochains recrutements de cadres. Le principal enjeu des entreprises pour leurs prochaines embauches de cadres n’est d’ailleurs pas tant d’accélérer la digitalisation des différentes étapes du recrutement (11 %) que de redéfinir les compétences dont elles ont besoin (25 %) et la façon de les identifier (23 %). 

Source : Apec, Pratiques de recrutement des cadres, juillet 2021