Intelligence artificielle : des solutions de recrutement non sans risques

Intelligence artificielle : des solutions de recrutement non sans risques

Publié le 26/10/2020

En réalisant les tâches chronophages et fastidieuses, l’IA permet un gain de temps et d’argent lors des processus de recrutement. Mais en reproduisant des comportements via des algorithmes, l’intelligence artificielle tend à uniformiser les profils sélectionnés et peut laisser place à certains biais.

Des effets positifs de l’IA pour les recruteurs 

En raison de leur rapidité et de leur capacité à gérer d’importants volumes de candidatures, les solutions de recrutement basées sur l’intelligence artificielle sont réputées moins chronophages que les processus de recrutement classiques et, dès lors, moins coûteuses. Les recruteurs n’auraient donc plus à assumer les tâches plus répétitives telles que la pré-qualification des profils, les réponses à des questions simples, les tests psychométriques, etc.

Des effets positifs de l’IA aussi pour les candidats

Le gain de temps concernerait aussi les candidats pour lesquels l’IA permet une information plus accessible et des canaux de recrutement simplifiés. Ils bénéficient ainsi à la fois d’une plus grande flexibilité (les candidatures se font au moment de leur choix) et d’une plus grande réactivité de la part des recruteurs. Ce renforcement de l’« expérience candidat »·est alors, en retour, un gain pour les entreprises en termes d’attractivité et de marque employeur.

Des limites pour les recruteurs

Mais l’IA aurait comme conséquence de reproduire, voire de renforcer, les biais discriminatoires portant sur l’âge, le genre, l’origine ethnique, la catégorie sociale ou encore le diplôme. La reproduction de ces biais dans les solutions d’IA proposées peut d’abord s’expliquer par les données qui y sont incluses et qui reposent généralement sur les décisions passées des recruteurs, parfois établies sur des préjugés. Au-delà de la discrimination, la reproduction des profils recrutés jusqu’à présent tend à leur uniformisation. Or, leur diversité permettrait d’augmenter la performance des entreprises tandis que l’uniformisation tendrait à réduire leur capacité d’adaptation face aux changements. 

Des biais à corriger

Pourtant, certains voient en l’IA une solution pour réduire les biais véhiculés par les recruteurs humains. L’IA pourrait avoir un potentiel inclusif et permettre de détecter des profils plus atypiques et variés si l’entreprise qui y recourt est prête à effectuer des changements. Ceci serait possible grâce au nombre important de sources exploitables : annuaires, sites d’entreprises, réseaux sociaux professionnels ou non, open source, etc. Dès la conception, une autre solution est également d’injecter des profils plus atypiques afin que l’algorithme les identifie également comme candidats potentiels. Le choix des données et leur étiquetage constituent alors le point de départ de la réduction des biais. 

Source : Apec, L’IA et le recrutement – état des lieux et prospective, octobre 2020