Toutes les régions ont participé au redémarrage du marché de l’emploi cadre en 2021

Toutes les régions ont participé au redémarrage du marché de l’emploi cadre en 2021

Publié le 13/04/2022

Après le trou d’air de 2020, le marché de l’emploi cadre a retrouvé de la vigueur. Les entreprises ont recruté 269 100 cadres en 2021, soit une progression de 18 % sur un an. A des degrés divers, toutes les régions métropolitaines ont enregistré une hausse de leurs recrutements de cadres.

Les recrutements en Ile-de-France approchent leur niveau d’avant-crise

Avec 128 420 recrutements, l’Île-de-France reste la région la plus recruteuse de cadres. Place forte de l’emploi cadre avec des activités à très haute valeur ajoutée (activités informatiques, ingénierie-R&D et conseil) surreprésentées, elle concentre à elle seule près de la moitié des embauches. La dynamique observée en 2021 (+19 % sur un an) permet à la région capitale de se rapprocher de son niveau d’avant-crise (-4% par rapport à 2019).

Auvergne-Rhône-Alpes portée par les secteurs industriels

Deuxième région recruteuse de cadres, Auvergne-Rhône-Alpes compte 28 520 embauches en 2021, soit une progression de 11 % par rapport à 2020. Dotée d’un tissu économique équilibré, elle a bénéficié de la bonne tenue de certains secteurs industriels (mécanique-métallurgie, caoutchouc-plastiques, fabrication de composants électriques et électroniques, etc.) et de la dynamique des services à forte valeur ajoutée. Néanmoins, les embauches régionales restent 6 % en dessous du niveau de 2019.

La région Hauts-de-France refait une partie de son retard

Avec une hausse de 17 %, les Hauts-de-France enregistre 16 190 recrutements en 2021. La région se caractérise par une spécificité industrielle marquée (construction automobile, industrie agroalimentaire, etc.) et par la présence de services à forte valeur ajoutée polarisés autour de la métropole lilloise qui ont contribué activement aux recrutements de cadres dans la région. Mais cette dynamique ne comble qu’une partie de la chute enregistrée en 2020 et ne permet pas aux Hauts-de-France de renouer avec le volume d’embauches d’avant-crise. En effet, la région affiche un volume de recrutements de 10 % inférieur à celui de 2019.

Bretagne et Paca-Corse, deux régions qui ont mieux résisté à la crise sanitaire

Si la quasi-totalité des régions métropolitaines n’ont pas retrouvé leur niveau d’avant-crise en termes de recrutements de cadres, deux régions ont tiré toutefois leur épingle du jeu en 2021 : la Bretagne et Provence-Alpes-Côte d’Azur et Corse.  En effet, elles sont les seules régions à avoir dépassé leur niveau d’embauches de cadres de 2019. Avec 8 630 recrutements (+5 % par rapport à 2019), le territoire breton a profité notamment de la bonne orientation du secteur de l’ingénierie-R&D, de la construction et de la santé-action sociale. En Provence-Alpes-Côte d’Azur et Corse, 17 530 cadres ont été recrutés (+2 % par rapport à 2019) et plus particulièrement par des entreprises des activités informatiques, du secteur des énergies, eau et gestion des déchets ou encore de la santé-action sociale.

Un effet de rattrapage en Occitanie et Normandie

Mais les plus fortes progressions s’observent en Occitanie et en Normandie (+33 % chacune), territoires particulièrement touchés par les conséquences économiques de la crise sanitaire. En effet, cet important rattrapage est lié à l’amélioration survenue dans l’industrie automobile, aéronautique et autres matériels de transport dont les difficultés expliquaient en grande partie l’important recul des recrutements de cadres dans ces deux régions en 2020 (respectivement -30% et -26%). 

Source : Apec, 2021, des recrutements de cadres proches du niveau record d’avant-crise, avril 2022