Fléchissement des intentions de recrutement de cadres pour le 2e trimestre 2022

Fléchissement des intentions de recrutement de cadres pour le 2e trimestre 2022

Publié le 27/04/2022

L’incertitude liée à la guerre en Ukraine et ses impacts affecte la confiance des entreprises et entraîne un fléchissement relatif des intentions de recrutement dans les PME et les grandes entreprises.

La confiance des entreprises se grippe, sans affecter les prévisions d’activité 

Malgré un recul de 6 points en 3 mois, la confiance des entreprises dans l’évolution de leur carnet de commandes demeure élevée (72%). Si les entreprises affichent leurs inquiétudes vis-à-vis des développements de la guerre en Ukraine et de leurs effets sur l’économie, elles ne sont pas pour autant plus nombreuses à s’attendre à une dégradation de leur activité à court terme (10 %) qu’il y a trois mois. Les entreprises industrielles sont dans une configuration différente. L’altération de leur confiance est plus marquée (67 %, -12 points en 3 mois) dans ce secteur qui anticipe davantage de dégradation de l’activité dans les trois mois à venir (15 %, + 6 pts). 

Les intentions de recrutement connaissent un fléchissement dans les PME et les grandes entreprises

Les intentions de recrutement baissent de 9 points dans les ETI et les grandes entreprises (58 %) et de 3 points dans les PME hors TPE (16 %). Et si elles baissent dans l’industrie (-3 pts à 11 %), elles se maintiennent dans les services à forte valeur ajoutée (20 %). Si l’on observe une correction, notamment pour les ETI-GE, après le pic du 1er trimestre 2022, leurs intentions de recrutement restent au-dessus du niveau enregistré les trimestres précédents (+9 points par rapport à juin 2021, +3 points par rapport à septembre 2021). 

Les difficultés de recrutement pourraient avoir de lourdes conséquences pour les entreprises

Les difficultés de recrutement anticipées par les entreprises persistent à un très haut niveau depuis juin 2021 (78 %). Les conséquences pourraient être lourdes si les entreprises ne parvenaient pas à les surmonter : 45 % des entreprises prévoyant de recruter des cadres au 2e trimestre verraient leur chiffre d’affaires baisser si ces projets n’aboutissaient pas, soit 6 % de l’ensemble des entreprises employant des cadres. Les entreprises anticipent également une surcharge de travail pour les équipes en place (84 %), une dégradation du travail effectué (50 %) et du retard dans la livraison des commandes (32 %).

Source : Apec, Baromètre Apec du 2e trimestre 2022, avril 2022