L’emploi des jeunes diplômés sous le coup de la crise sanitaire

L’emploi des jeunes diplômés sous le coup de la crise sanitaire

Publié le 07/05/2021

Dans un environnement économique dégradé, les jeunes diplômés Bac+5 et plus de la promotion 2019 sont nettement moins nombreux à occuper un emploi que leurs homologues des promotions précédentes.

Un impact de la crise sanitaire particulièrement visible

En lien avec la situation difficile du marché de l’emploi depuis le début de la crise sanitaire, le taux d’emploi des diplômés Bac+5 et plus de 2019 est en net recul, après plusieurs années de stabilité. Ces jeunes ont eu plus de difficultés à trouver un emploi 6 mois après l’obtention de leur diplôme : 62 % sont en poste, contre 74 % pour ceux de 2018. La part des jeunes en emploi 12 mois après leur diplôme diminue également : seuls 69 % sont en emploi à ce moment, versus 85 % pour la promotion précédente. Non seulement les taux d’emploi à 6 à 12 mois baissent, mais l’écart entre les deux se resserre. De 11 points pour la promotion 2018, il est de 7 points pour la promotion 2019. Autrement dit, alors que 6 mois après leur diplôme, 62 % des diplômés de 2019 étaient en emploi, cette part n’a progressé que de 7 points (à 69 %) en six mois. Au global, la baisse plus marquée du taux d’emploi à 12 mois traduit le fait que celles et ceux qui n’ont pas trouvé un emploi rapidement ont eu plus de difficultés à s’insérer par la suite.

Le rôle clé des disciplines de formation

Si, dans toutes les disciplines, les taux d’emploi à 6 mois et à 12 mois marquent un recul par rapport à la promotion 2018, elles n’ont pas été touchées au même degré. Les baisses ont été relativement moins fortes en sciences technologiques (-6 pts pour le taux à 6 mois et -13 pts pour celui à 12 mois) et en sciences humaines et sociales (respectivement -10 pts et -12 pts).  En revanche, les diplômés 2019 en lettres-langues-arts sont ceux qui ont le plus pâtis de la crise ; leurs taux d’emploi à 6 et 12 mois régressent de -20 pts et -26 pts !

Des démarches actives de recherche d’emploi qui se révèlent payantes

La réponse à une offre d’emploi reste le principal canal pour décrocher un poste: elle a permis à plus d’un tiers des jeunes de trouver leur poste (+9 points). L’embauche suite à un stage ou une alternance (25 %, + 8 points) et le recours au réseau personnel (12 %, + 2 points) ont été deux autres moyens plus efficaces. En revanche, certains canaux voient leur poids s’éroder, notamment ceux qui impliquent une démarche des entreprises pour exploiter les CVthèques (14 %, -8 points), leur vivier de candidatures spontanées (14 %, -4 points) ou encore les réseaux sociaux sur Internet (7 %, -3 points). 

Source : Apec, Baromètre 2021 de l’insertion professionnelle des jeunes diplômés, mai 2021