La crise, facteur d’accélération des transitions professionnelles des cadres ?

La crise, facteur d’accélération des transitions professionnelles des cadres ?

Publié le 03/02/2021

Même si certains cadres pourraient ajourner leur projet dans l’attente d’un contexte plus favorable, la crise pourrait globalement jouer un rôle d’accélérateur des envies de changement professionnel : les cadres des secteurs les plus affectés par la crise, comme ceux chez qui elle a exacerbé un besoin de sens, devraient amorcer des reconversions vers de nouveaux horizons professionnels.

Les transitions contraintes vont être multipliées par la crise

Avec la crise économique, de plus en plus de salariés, y compris cadres, pourraient être touchés par le chômage. Les salariés de certains secteurs particulièrement sinistrés pourraient ainsi chercher à changer de secteur, voire de métier, soit après un licenciement ou une rupture volontaire, soit par anticipation de difficultés à venir. D’autant plus que, pour les cadres, les ruptures de parcours sont très souvent l’élément déclencheur des reconversions. Suite à la crise sanitaire, un tiers des cadres déclarent ainsi avoir envie d’entamer une reconversion professionnelle, et cette envie est nettement plus prégnante parmi les cadres qui se sentent menacés par un risque de licenciement (60 %).
L’État et les partenaires sociaux vont de surcroît encourager ces démarches, notamment via le dispositif « Transition collective » qui vise à financer des projets de reconversion. Ce dispositif s’adresse à des salariés dont les emplois sont menacés et qui se positionnent sur une formation vers un métier porteur localement. En 2021, tout l’écosystème de l’emploi (institutions, entreprises, Opco – opérateurs de compétences, intermédiaires de l’emploi, dont l’Apec) sera fortement mobilisé pour accompagner les salariés, cadres et non-cadres, dans ces parcours de reconversion. 

Certaines transitions choisies vont également se concrétiser 

La crise sanitaire de 2020 a été l’occasion pour certains cadres de procéder à une réflexion approfondie sur la tournure à donner à leur carrière. Si 57 % des cadres estiment qu’elle a été pour eux l’occasion de réfléchir à leurs projets et priorités professionnels, la proportion dépasse les 70 % pour les moins de 35 ans. 
Cette volonté de changement est marquée par la recherche de sens dans son travail, une tendance de fond depuis plusieurs années qui ne s’est pas affaiblie depuis la crise. Fin 2020, 94 % des cadres jugeaient important d’exercer un métier qui a du sens, une aspiration que les entreprises devront de plus en plus prendre en compte. 
Cette « introspection » a fait germer de nombreux projets de mobilité. En 2021, certains seront abandonnés ou ajournés alors que d’autres seront consolidés dans l’attente de jours meilleurs, via un accompagnement ou des formations adaptées. D’autres encore se verront précipités par la crise, venant grossir les rangs des transitions professionnelles réalisées en 2021.

Source : Apec, 5 enjeux pour l’emploi cadre en 2021, janvier 2021