Devenir manager reste un objectif pour une majorité de jeunes cadres

Devenir manager reste un objectif pour une majorité de jeunes cadres

Publié le 03/11/2022

Malgré la charge de travail que cela induit, les cadres qui sont managers souhaitent le rester et la fonction de manager constitue une aspiration pour une majorité de jeunes cadres qui y voit une évolution logique de leur parcours.

Manager : une perspective de carrière pour les jeunes cadres

84 % des cadres managers souhaitent continuer à exercer ce rôle à l’horizon des cinq prochaines années : 43 % veulent conserver une équipe de même taille quand 31 % aimeraient manager plus de collaborateurs et de collaboratrices et seulement 10 % un plus petit nombre. Pour leur part, les cadres qui ne sont pas aujourd’hui managers sont partagés à l’idée de le devenir, sauf pour les plus jeunes beaucoup plus attirés par cette perspective (63 % des moins de 35 ans).

Devenir manager : les pour et les contre

Les cadres non-managers qui se projettent dans cette fonction sont avant tout mus par le désir de transmettre leurs compétences (34 %). Ils y voient, en outre, une progression logique de leur carrière (30 %). Un quart mentionne également leur souhait de voir leur rémunération augmenter. À l’inverse, ceux qui ne convoitent pas cette évolution indiquent principalement être épanouis dans leur poste actuel (34 %). De plus, ils n’ont pas le sentiment d’avoir la personnalité requise (30 %) et sont peu attirés par une fonction qui consiste, selon eux, à gérer des problèmes entre des individualités (30 %). Près d’un quart d’entre eux sont aussi rebutés par la perspective d’une charge de travail trop importante.

Consacrer plus de temps à l’animation de l’équipe et à sa montée en compétences

Si les managers souhaitent très majoritairement continuer à exercer ce rôle, nombre d’entre eux aimeraient pouvoir utiliser différemment leur temps et se recentrer sur certaines tâches : pouvoir se consacrer davantage à l’animation et à la cohésion de leur équipe (40 %) et au développement des compétences des membres de celle-ci (39 %). Des tâches qu’ils apprécient et qui sont en phase avec les attentes fortes de la direction et des collaborateurs.

Des attentes fortes des managers en matière de formation

Dans un contexte de forte transformation, les managers expriment le besoin d’être outillés pour mener à bien à la fois l’évolution de leurs pratiques et la conduite du changement au sein de leur équipe. Le premier registre de formation attendu porte sur les méthodes collaboratives et d’intelligence collective (41 %). Cela fait écho à la nécessité d’intégrer davantage les collaborateurs et les collaboratrices dans les décisions et de continuer à travailler de manière transversale dans des organisations matricielles. Les deux registres suivants, celui de la conduite du changement (40 %) et celui de l’innovation et des nouvelles technologies (39 %), illustrent le besoin des managers d’être en mesure de porter la transformation de leur entreprise au sein de leur équipe. Viennent ensuite de nombreux autres souhaits de formation, par exemple sur la gestion des équipes en télétravail ou le développement de la qualité de vie au travail.

Source : Apec, Pratiques managériales 2022, octobre 2022