Rémunération des cadres : à travail égal, salaire égal ?

Rémunération des cadres : à travail égal, salaire égal ?

Publié le 27/02/2020

L’écart salarial entre les femmes et les hommes cadres s’explique en partie, mais en partie seulement, par les caractéristiques des emplois. Même à profil identique, on constate toujours un écart, plus ou moins important selon les métiers.

Des populations cadres différentes

En 2018, la rémunération médiane des hommes cadres était 16 % plus importante que celles des femmes cadres. Cet écart se stabilise depuis quelques années autour de cette valeur. L’écart de rémunération médiane s’explique en partie par le fait que les femmes et les hommes n’occupent pas les mêmes emplois et que les hommes sont surreprésentés dans les fonctions plus rémunératrices (par exemple l’informatique ou la production industrielle). Ils sont aussi en moyenne plus âgés que les femmes cadres et ont davantage de responsabilités hiérarchiques.

Un écart salarial subsiste à profil identique : 8 %

Le calcul de l’écart de rémunération entre les femmes et les hommes « toutes choses égales par ailleurs », c’est-à-dire à profil identique, permet de neutraliser ces effets structurels. Par cette méthode, en 2018, les hommes cadres gagnaient 8 % de plus que les femmes cadres. Cet écart ne peut pas être expliqué par le type d’emploi ou de métier occupés, mais par des caractéristiques non observables (situation familiale, discriminations…). Cet écart est resté stable entre 2013 et 2018.

Des compétences techniques évaluables

Les femmes cadres à fortes compétences techniques, informaticiennes ou ingénieures, sont celles qui connaissent le moins d’inégalités (5 %) avec leurs homologues masculins. Avoir des compétences spécifiques, plus rares, ou des compétences techniques constitue ainsi un rempart aux inégalités. Ces compétences, mesurables et tangibles, placent les femmes cadres dans une relative égalité lors des campagnes d’augmentation. Les difficultés auxquelles les entreprises sont confrontées pour recruter ces profils peuvent également expliquer l’intérêt de veiller à une égalité de traitement entre les femmes et les hommes.

Des savoir-être difficiles à évaluer

À l’inverse, à profil identique, les métiers de commercial ou du marketing font partie des plus inégalitaires. L’écart de rémunération moyen entre les femmes et les hommes dans cette fonction est de 11 % à caractéristiques égales. Les métiers commerciaux ont la particularité de faire appel à des compétences de « savoir-être » (persuasion, confiance en soi…) moins faciles à identifier et à mesurer que des compétences techniques. Le fait de ne pas pouvoir mesurer objectivement ces compétences favorise les biais inconscients des recruteurs au détriment des femmes que ce soit lors des phases d’augmentation ou d’embauche.

Source : Apec, Les écarts de salaires femmes-hommes chez les cadres, février 2020