Des perspectives favorables pour la rémunération des jeunes cadres

Des perspectives favorables pour la rémunération des jeunes cadres

Publié le 30/06/2022

En 2022, la proportion de jeunes cadres augmentés devrait être supérieure à celle de 2021, comme pour les autres classes d’âge des cadres, mais le contexte inflationniste pourrait accentuer leur insatisfaction en matière salariale.

Des augmentations plus nombreuses en 2022

Interrogés en février 2022, les jeunes cadres étaient près de 6 sur 10 à juger leurs perspectives de rémunération intéressantes à l’horizon 3-5 ans, contre un tiers de l’ensemble des cadres. D’ailleurs, en 2022, la part des jeunes cadres augmentés devrait être supérieure à celle de 2021 comme pour les autres classes d’âge, et ce, sous un double effet, d’une part celui d’efforts salariaux consentis par les entreprises pour attirer et fidéliser dans un contexte de difficultés de recrutement et, d’autre part, celui d’un contexte de forte inflation.

Le salaire, un critère de choix

La rémunération reste l’un des principaux sujets de préoccupation pour l’ensemble des cadres, et en particulier pour les plus jeunes. Ainsi, en mai 2022, pour les cadres de moins de 35 ans, la rémunération proposée constituait le critère n°1 de choix d’une entreprise en cas de mobilité externe, au même titre que l’intérêt des missions, et nettement devant les conditions de travail proposées ou la localisation de l’entreprise.

Source : Apec, Focus sur la rémunération des jeunes cadres, juin 2022