Métiers cadres verts : des profils et des parcours variés

Métiers cadres verts : des profils et des parcours variés

Publié le 04/11/2022

Les cadres exerçant des métiers verts présentent une grande variété de profils. Ces cadres présentent toutefois certaines spécificités.

Des cadres qui proviennent de filières de formation bien identifiées

Près de 9 cadres du privé occupant un métier vert* sur 10 possèdent un diplôme de niveau supérieur ou égal à Bac+3, contre les trois quarts des cadres en moyenne. Leurs filières de formation initiale sont très variées. Les formations les plus communément suivies sont celles d’ingénierie généraliste (21 % chez les jeunes diplômés et 25% chez les plus expérimentés) et d’environnement - écologie (respectivement : 24% et 20 %). Les filières de la chimie, des sciences de la vie, des sciences de la terre, du génie civil et de l’agronomie sont aussi représentées. 

Selon leur métier, les cadres ne présentent pas toujours les mêmes caractéristiques

Les cadres du privé occupant un emploi vert sont surtout présents dans les activités de services (59 % contre 65 % pour l’ensemble des cadres), notamment en ingénierie-R&D. L’industrie rassemble, quant à elle, 23 % des cadres en poste dans un métier vert (vs. 17% en moyenne), et la construction 10 % (vs. 5 %). La plupart sont en poste dans des ETI et des grandes entreprises (62 %). Les moins de 30 ans sont deux fois plus nombreux en proportion que pour l’ensemble des cadres en poste (26 % vs.13 %). Leur niveau de responsabilité varie selon les métiers, mais il reste globalement inférieur à celui constaté chez l’ensemble des cadres. En effet, seuls 27 % d’entre eux sont responsables hiérarchiques, contre 42 % en moyenne. Toutefois, pour les profils exerçant un métier vert de la qualité-sécurité, cette proportion passe à 44 %.

Des aires de mobilités plurielles qui rappellent l’importance de la formation continue

Les cadres exerçant un métier vert peuvent avoir occupé un autre type de poste auparavant. Ainsi, les cadres exerçant un métier vert de la qualité-sécurité proviennent généralement d’une fonction d’ingénieur qualité. À l’inverse, ceux exerçant un métier d’urbaniste ou de chef de projet en aménagement du territoire sont le plus souvent issus des métiers du BTP ou de l’ingénierie R&D. Dans la mesure où de nombreux métiers sont amenés à se verdir du fait de la transition écologique, il ne fait nul doute que la montée en compétences via la formation continue va prendre de plus en plus d’importance. La capacité des cadres à acquérir de nouvelles compétences et leur faculté à s’adapter à des environnements mouvants (nouvelles normes, nouveaux processus, nouveaux objectifs) devraient être de plus en plus prisées.

* 17 métiers cadres aux intitulés génériques sont identifiés comme verts (consulter les descriptifs complets dans l’annuaire des métiers d’apec.fr) : 
- Ingénierie-R&D : chef de projet aménagement du territoire, expert en environnement et écologie, hydraulicien, géologue, ingénieur d'études environnement, ingénieur d'études réseaux d'énergie, ingénieur en biotechnologies, ingénieur énergies, ingénieur en efficacité énergétique, ingénieur énergies renouvelables, urbaniste

- Production et maintenance industrielle : chef de projet sites et sols pollués

- Commercial, commerce et vente : chargé d'affaires en environnement et énergie

- Qualité, hygiène et sécurité : directeur de développement durable, directeur QHSE, ingénieur HSE, responsable SHE

Source : Apec, Economie verte, septembre 2022