L’économie verte réunit 800 000 cadres du privé

L’économie verte réunit 800 000 cadres du privé

Publié le 16/09/2022

Répondant à des problématiques sociétales et réglementaires, le verdissement de l’économie implique tous les secteurs d’activité. De nombreux métiers cadres se verdissent progressivement, intégrant la préoccupation environnementale dans les pratiques professionnelles.

Le poids de l’économie verte 

L’économie verte englobe des métiers verts et verdissants*. S’agissant des seuls métiers verts, ce sont 140 000 salariés qui en occupaient un en 2019, dont près de 24 000 cadres du privé. Les salariés occupant un emploi verdissant sont beaucoup plus nombreux : la France en comptait 4 430 000 en 2019, dont près de 780 000 cadres du privé. Au global, plus de 800 000 cadres du secteur privé exercent un emploi vert ou verdissant.

Les cadres occupant un emploi vert exercent des métiers diversifiés

Aujourd’hui, ce sont 17 métiers cadres aux intitulés génériques qui sont identifiés comme verts. Parmi eux, 11 relèvent de l’ingénierie-R&D (urbaniste, géologue, hydraulicien, ingénieur énergies, ingénieur d’études environnement…), que ce soit dans l’environnement, l’énergie, la biotechnologie, l’urbanisme, ou encore dans les domaines de la topographie et de la géologie. Deux autres métiers connexes y sont associés : l’un dans la production et la maintenance industrielle (chef de projet sites et sols pollués) et l’autre dans le commercial (chargé d’affaires en environnement et énergie). Les 4 derniers métiers verts identifiés chez les cadres sont axés qualité et sécurité : ingénieur HSE, responsable HSE, responsable QHSE, responsable de développement durable.

Des métiers qui se verdissent

Les métiers verdissants ou potentiellement verdissants sont, eux, difficiles à identifier. En effet, le verdissement est souvent difficile à objectiver et à évaluer. Dans certaines structures, tel métier est déjà en voie de verdissement, alors que dans une autre, ce même métier est moins avancé sur le sujet. C’est le cas par exemple de l’acheteur ; bien que la fonction soit considérée dans son ensemble comme verdissante, la conduite d’achats responsables n’est pas encore installée dans toutes les entreprises.

* L’Observatoire national des emplois et métiers de l’économie verte (Onemev) distingue deux types de métiers : 
Les métiers verts : la finalité et/ou les compétences mises en œuvre contribuent à mesurer, prévenir, maîtriser, corriger les impacts négatifs et les dommages sur l’environnement.
Les métiers verdissants :  la finalité n’est pas environnementale, bien qu’ils intègrent une dimension environnementale dans le geste métier.

Source : Apec, Economie verte, septembre 2022