Emplois cadres de l’économie verte : un marché étroit appelé à croître

Emplois cadres de l’économie verte : un marché étroit appelé à croître

Publié le 16/09/2022

Du fait de la transition écologique, les entreprises vont rechercher de plus en plus de cadres pour des métiers verts ou verdissants.

Plus de 9 000 opportunités d’emploi concernent un métier vert

En 2021, 9 400 offres d’emploi cadre ont été diffusées sur apec.fr pour des métiers verts*. Leur volumétrie a progressé de 21 % par rapport à 2019. Les profils les plus recherchés sont concentrés autour de deux métiers : ingénieur HSE et responsable HSE. Les autres besoins se répartissent inégalement au sein des autres métiers verts, les chefs de projet en aménagement du territoire étant par exemple 10 fois plus recherchés que les géologues. L’ingénierie-R&D et les services de conseil aux entreprises sont les secteurs les plus recruteurs de cadres dans des métiers verts. Au niveau géographique, les entreprises recherchant un cadre pour un métier vert sont surtout présentes dans les régions qui concentrent le plus de cadres et le plus de grandes entreprises : Île-de-France, Auvergne-Rhône-Alpes, Occitanie, Provence-Alpes-Côte d’Azur. Le Grand-Est se distingue également, puisqu’il se situe au 5e rang des régions qui recrutent le plus de « profils verts ». 

Des métiers porteurs de sens et qui attirent

La transition écologique est porteuse de sens pour nombre d’individus. Elle répond à un enjeu sociétal auquel tous peuvent contribuer que ce soit, au niveau personnel ou au niveau professionnel. Aussi, les cadres estiment que l’engagement sociétal de l’entreprise est un critère à prendre en considération au moment de choisir un poste, même s’il arrive loin derrière d’autres critères comme la rémunération ou l’intérêt des missions proposées. Toutefois, ce critère pourrait devenir de plus en plus important à leurs yeux, d’autant que la majorité des cadres se dit prête à ne pas vouloir rejoindre une entreprise non respectueuse de l’environnement. De plus, les métiers verts et verdissants attirent des profils de jeunes diplômés ou de cadres confirmés. 

Des difficultés de recrutement dans certains métiers verts

L’appétence des candidats et des candidates pour l’écologie et leur engagement personnel en la matière ne suffisent pas. Les entreprises qui cherchent à pourvoir des métiers verts sont en quête de profils très techniques. La capacité à conduire des études techniques et/ou d’analyse de risques, et la capacité à élaborer des spécifications sont des prérequis. La connaissance des réglementations liées à l’environnement et les principes de développement durable sont très souvent à maîtriser. À cela s’ajoutent, selon les profils recherchés, de nécessaires compétences en urbanisme, en géosciences, en génie climatique ou encore en dépollution. Aussi, les recruteurs expriment des difficultés pour attirer et recruter ces profils, notamment lorsqu’ils sont adossés à des impératifs en matière de gestion de projet ou de capacité à réaliser/répondre à des appels d’offres. Certains secteurs, comme le BTP ou le traitement des déchets, pâtissent d’une image en demi-teinte, ce qui peut complexifier les processus de recrutement.


* 17 métiers cadres aux intitulés génériques sont identifiés comme verts (consulter les descriptifs complets dans l’annuaire des métiers d’apec.fr) : 
- Ingénierie-R&D : chef de projet aménagement du territoire, expert en environnement et écologie, hydraulicien, géologue, ingénieur d'études environnement, ingénieur d'études réseaux d'énergie, ingénieur en biotechnologies, ingénieur énergies, ingénieur en efficacité énergétique, ingénieur énergies renouvelables, urbaniste

- Production et maintenance industrielle : chef de projet sites et sols pollués

- Commercial, commerce et vente : chargé d'affaires en environnement et énergie

- Qualité, hygiène et sécurité : directeur de développement durable, directeur QHSE, ingénieur HSE, responsable SHE

Source : Apec, Economie verte, septembre 2022