Industrie et bâtiment : des métiers cadres qui évoluent

Industrie et bâtiment : des métiers cadres qui évoluent

Publié le 28/10/2019

Les entreprises industrielles et du bâtiment sont en attente de compétences nouvelles pour s’adapter aux enjeux de demain et accompagner leurs changements.

Un décloisonnement des domaines d’activité

Pour favoriser l’implantation de nouveaux outils et de nouvelles solutions, mais aussi pour être accompagnés dans leur transformation numérique, industriels et acteurs du bâtiment se rapprochent de plus en plus d’entreprises de services du numérique (ESN). Ils sollicitent également de plus en plus des cabinets d’ingénierie - R&D ainsi que des sociétés de conseil. Aussi, bon nombre d’offres d'emploi cadres en lien avec les innovations technologiques dans l’industrie et le bâtiment relèvent aujourd’hui de ces secteurs. À titre d’exemple, dans le domaine de la performance énergétique, les besoins de profils cadres émis par des entreprises d’ingénierie - R&D sont cinq fois supérieurs à ceux des constructeurs. Et afin de répondre au mieux aux besoins de leurs clients, leurs recherches s’orientent vers des profils d’ingénieurs qui allient savoir-faire technique, sens de l’écoute et capacité à appréhender des écosystèmes productifs et organisationnels différents.

Un rapprochement entre certains services et certains métiers sous l’effet d’une modification des processus de travail

La possibilité offerte par la data de prédire des pannes avant même qu’elles ne se réalisent, oblige à revoir l’organisation même des opérations de maintenance, avec tout ce que cela implique en termes de gestion d’équipe, de planification des activités, etc. Par ailleurs, la dissémination dans les entreprises d’une culture de la donnée ne peut plus se faire indépendamment du respect de certaines normes, et notamment de normes sécuritaires. Dans un univers technologique et réglementaire qui évolue rapidement, des exigences d’adaptabilité et de réactivité sont fortement attendues par les recruteurs pour favoriser les mises en conformité. Il en va de même de la capacité à sensibiliser chaque acteur de l’entreprise à ces nouveaux enjeux réglementaires.

L’expertise technique ne suffit généralement plus

Pour être recruté, des savoir-être et la maîtrise de compétences transversales deviennent indispensables. Au-delà des compétences déjà citées, les recruteurs ont des exigences en termes d’autonomie et de capacités relationnelles. De nombreux métiers cadres impliquent aussi des compétences de gestion de projet et d’équipe pluridisciplinaire. Dans des métiers marqués par une forte empreinte de l’ingénierie informatique, la capacité à pouvoir fonctionner en mode agile et à maîtriser les méthodes de gestion de vie d’un projet est également fortement valorisée. Il en est de même de la capacité à développer une vision systémique d’un projet.

Source : Apec/Cesi, Usine du futur, bâtiment du futur : 12 métiers en émergence, octobre 2019