7 métiers cadres qui placent la data au cœur de leur activité

7 métiers cadres qui placent la data au cœur de leur activité

Publié le 08/10/2020

Le volume croissant des données disponibles, leur variété et la rapidité avec laquelle elles sont créées et échangées, ont fait basculer nombre d’entreprises dans l’ère du big data. Ces entreprises ont besoin de mobiliser des compétences spécifiques pour tirer profit au mieux de ces données.

De nouveaux usages grâce à un volume croissant de données exploitables 

Diversité des données, traitements en temps réel, solutions améliorées de collecte et de stockage des données…, aujourd’hui, le big data et son volume croissant de données exploitables offre des opportunités nouvelles aux entreprises. Tous ces usages sont rendus possibles à la double condition d’une prise de conscience des acteurs quant à la valeur de ces données et de leur capacité à les traiter.

Le rôle de plus en plus prégnant du big data dans les entreprises

Certaines entreprises s’orientent de plus en plus vers des organisations dites data centric, avec la constitution d’équipe et/ou mobilisation de compétences techniques dédiées, ou via l’acquisition de technologies et d’outils spécifiques, etc. La dissémination d’une culture des données dans les entreprises est également importante : elle concerne toutes les fonctions cadres qui doivent être accompagnées dans le développement de ces nouvelles compétences. Si l’investissement de départ peut être important, les entreprises « engagées dans la data » ont compris que l’usage de la donnée permet de maintenir leur compétitivité.

Trois grandes familles de métiers de « la data »

  • La collecte et le stockage des données. Les architectes data préconisent et homogénéisent les solutions techniques qui seront développées par les data engineers
  • Le traitement et l’analyse des données. Les données sont mises à disposition des data scientists et des data analysts qui les restructurent si besoin. Les premiers construisent alors des modèles de machine learning et participent à leur mise en production, tandis que les seconds élaborent les tableaux de bord ou produisent des études statistiques.
  • La protection et la sécurité des données. Ces activités font intervenir des délégués à la protection des données (DPO) ou assimilés, et des spécialistes de cybersécurité. Ils vont travailler de manière transverse avec toutes les équipes utilisatrices du big data afin de s’assurer que les solutions développées sont garantes des normes de sécurité et du règlement général européen de protection des données (RGPD).

L’émergence d’un métier stratégique

Signe de l’importance que revêt désormais l’univers de la donnée, on voit apparaître dans les entreprises des chiefs data officer (CDO) pour assurer le management des données et coordonner ces différentes activités. Dotés d’une vue d’ensemble et d’une vision stratégique et de plus en plus présents au sein des comités de direction, ils font le pont entre les équipes techniques et les équipes utilisatrices (services marketing, production, comptabilité, etc.), permettant ainsi aux entreprises de tirer profit au mieux des opportunités qui leur sont offertes à l’ère du big data. 

Source : Apec, Les métiers de la data, octobre 2020