« Où vous voyez-vous dans cinq ans ? »
L’avis de nos experts
Véronique Courault

« Où vous voyez-vous dans cinq ans ? »

Publié le 26/03/2021 par Véronique Courault
Bien malin qui peut prédire l’avenir ! Lorsque le recruteur demande à un jeune diplômé de se projeter professionnellement à cinq ans, la réponse n’a souvent rien d’évident. C’est pourquoi cette question doit être soigneusement préparée en amont. Voici trois conseils pour vous y aider.

Mettez-vous à la place du recruteur 

En vous posant cette question, le recruteur ne cherche ni à vous piéger ni à tester vos talents de divination. Il espère en réalité être rassuré sur votre capacité à vous projeter dans l’entreprise. Il va tenter, à travers la réponse que vous lui fournirez, de limiter au maximum ses risques d’erreur de casting : ce candidat va-t-il nous quitter dès que nous l’aurons formé ? Risque-t-il de s’ennuyer dans le poste proposé ? Saura-t-il s’intégrer ? Est-il ambitieux ? motivé ? Pour préparer au mieux votre réponse, commencez par vous renseigner le plus précisément possible sur le contenu du poste et les opportunités offertes par l’entreprise. Présente-t-elle des possibilités d’évolution ? Quelles sont ses valeurs ? ses opportunités de développement ? En quoi le poste prend tout son sens et que peut-il apporter ?    

Cherchez le point de rencontre entre votre objectif et le poste proposé

Cette question aide aussi le recruteur à mieux cerner votre projet professionnel.  Si vous postulez pour un poste sous-dimensionné, vous devrez d’autant plus insister sur la cohérence entre votre objectif à moyen terme et les missions proposées. N’hésitez pas à souligner ce que le poste vous apporte : certes, vous postulez à un emploi de technicien alors que vous sortez d’une école d’ingénieur, mais ce travail vous permettrait d’acquérir dès aujourd’hui une expérience de terrain et de découvrir de l’intérieur une entreprise réputée où les possibilités d’évolution sont nombreuses… Il faut réussir à faire passer l’idée que le poste convoité est parfait pour vous emmener là où vous désirez aller.

Soyez honnête, ambitieux ou ambitieuse et réaliste

Vous montrer clair quant à vos ambitions peut insuffler de nouvelles idées au recruteur : une création de poste ou une nouvelle piste de développement de l’entreprise se profilent pour l’an prochain ? On pensera plus facilement à vous si vous avez fait part d’emblée de vos compétences et de souhaits d’évolution. Mais le recruteur lui-même a parfois peu de visibilité et il convient, dans ce cas, d’éviter le piège d’une trop grande précision. Une manière élégante de botter en touche consiste à proposer une projection en termes de « compétences » plutôt que de fonctions. Une réponse telle que : « Je ne sais pas quelles seront mes fonctions dans cinq ans mais j’espère vivement avoir développé mon portefeuille clients/ mon sens du management/ ma connaissance du terrain, etc. » laisse la porte ouverte à l’imprévu tout en réaffirmant son ambition. 

A propos de l’auteure

Diplômée en sciences économiques et sociales, Véronique Courault a une expérience dans la grande distribution en tant que manager opérationnel, chargée de développement des projets RH et chargée de déploiement des projets transverses dans la conduite du changement. Guidée et influencée par l’opérationnel, les relations, le développement et l’accompagnement, elle a orienté son parcours professionnel vers le recrutement, le conseil et la gestion de carrière. Consultante à l’Apec en Région Centre-Val de Loire, elle met aujourd’hui son expertise au services des cadres et des jeunes diplômés dans leur gestion de carrière et leur insertion professionnelle. 

Voir tous les avis de nos experts