L’entretien annuel : du temps perdu. Vraiment ?
L’avis de nos experts
Laurence Doumba

L’entretien annuel : du temps perdu. Vraiment ?

Publié le 09/09/2020 par Laurence Doumba
Chaque début d’année, la période des entretiens annuels bat son plein dans les organisations. Passage quasi obligé dans de nombreuses entreprises, les entretiens annuels - appelés encore entretiens d’évaluation ou de progrès - sont parfois vécus comme une contrainte. C’est votre cas ? Dommage ! Mes 3 conseils pour préparer votre entretien annuel.

Posez-vous la question des enjeux de votre entretien annuel

En dépit de changements et de réorganisations en entreprise de plus en plus fréquents, l’entretien annuel reste un outil privilégié des organisations en termes de management des collaborateurs et des collaboratrices. Pour quelles raisons et quels objectifs ? Pour votre manager, c’est l’opportunité de vous informer des orientations générales et stratégiques de l’organisation. En résumé, de fournir un cap, une vision, de redonner du sens. N’est-ce pas ce dont vous avez besoin pour avancer ? C’est le moment de décliner avec vous la stratégie en objectifs opérationnels, d’évaluer vos compétences et votre performance et d’identifier vos souhaits de formation. Pour vous, c’est la période propice pour réaliser votre bilan de l’année en termes d’objectifs, de développement des compétences, de qualité de vie au travail. C’est aussi la possibilité d’anticiper des évolutions, négocier une augmentation ou encore l’accès au télétravail. Bref, une réelle possibilité de progresser et d’échanger autour de sujets clés de votre vie professionnelle. 


Pas de secret : préparez votre entretien annuel 

Préparez-vous dès le lancement de la campagne des entretiens annuels organisée dans votre entreprise, car s’y prendre au dernier moment risque de vous faire passer pour un touriste. C’est un moment privilégié, à froid, pour évoquer avec votre manager les faits marquants de l’année : vos réussites, vos difficultés, vos souhaits d’évolution, etc. Pour le préparer, faites une auto-évaluation. Certaines entreprises disposent d’outils numériques qui invitent les collaborateurs à évaluer eux-mêmes leurs compétences. Si ce n’est pas le cas, posez-vous les questions suivantes :

  • Ai-je atteint mes objectifs ? Si non, pour quelles raisons ?
  • Mes missions correspondent-elles à ma fiche de poste, ont-elles ou vont-elles évoluer ?
  • Quels ont été les faits marquants de l’année ?
  • Quels ont été les bénéfices des formations suivies ? Quelles sont celles dont j’aurai besoin demain ?
  • Quels sont mes réussites, mes difficultés, mes points d’appui, de progrès ou de vigilance ?

Adoptez une attitude positive et constructive 

L’entretien annuel reste parfois le seul moment formel d’échanges avec son manager, en dehors de l’entretien professionnel tous les deux ans. Privilégiez cette situation de communication. Soyez ouvert à l’échange et au dialogue. Votre préparation vous aura permis de prendre du recul et de choisir les meilleures expressions pour exprimer vos ressentis, vos doutes, mais aussi vos réussites. Maniez l’assertivité dans votre communication, en décrivant et argumentant des faits de façon posée et précise. Montrez-vous « force de proposition » et présentez des solutions. C’est une circonstance idéale pour valoriser vos atouts, vos points d’appui étayés par des faits objectifs quantitatifs et/ou qualitatifs. Votre demande d’augmentation de salaire ou d’évolution dans votre poste en sera d’autant plus crédible. L’attitude d’ouverture implique aussi une capacité à vous remettre en cause et accepter les critiques constructives de votre manager.

Optez pour une stratégie gagnante en préparant au mieux cette entrevue annuelle. Vous souhaitez être accompagné dans cette démarche ? Les consultants et consultantes de l’Apec sont là pour vous guider dans votre réflexion.

À propos de l’auteure
Laurence Doumba est consultante relations entreprises au centre Apec de Lyon. Elle accompagne les entreprises de la région lyonnaise dans leurs recrutements et la gestion des compétences. Entrée à l’Apec en 2008, elle est diplômée d’un master 2 de l’université de Paris-Panthéon Sorbonne en « RH, formation et développement des compétences ».

Voir tous les avis de nos experts