Entreprendre une mobilité vers l’ESS !
L’avis de nos experts
Stéphanie Santa Maria

Entreprendre une mobilité vers l’ESS !

Publié le 16/12/2021 par Stéphanie Santa Maria
Vous rêvez de mettre vos convictions sociales au cœur de votre vie professionnelle ? Et si cela faisait partie de vos projets pour 2022 ! Représentant bientôt 11% de l’emploi en France, le secteur de l’économie sociale et solidaire se porte très bien et offre de belles opportunités. A condition de bien préparer sa mobilité…

Etre au clair sur ses motivations

Associations, coopératives, mutuelles, fondations ou entreprises…, l’ESS recouvre une large palette de structures, de métiers et d’activités. Avec comme point commun : le même ADN fondé sur des valeurs fortes d’utilité sociale, de solidarité et la force de l’engagement de ses salariés. Si vous envisagez une mobilité vers ce secteur, préparez-vous à faire preuve de polyvalence, d’adaptation, d’implication et surtout à pouvoir « penser et agir collectif ». Vous souhaitez faire bouger les lignes ? Vous voulez être investi d’une mission ? Si vous venez d’une entreprise classique, vous devrez probablement renoncer à votre niveau de rémunération précédent : les salaires d’entrée peuvent être inférieurs à ceux du privé.  En revanche, ESS ne rime pas avec précarité : 75% des emplois pourvus le sont en CDI. Vous échappez à la pression du chiffre d’affaires et au risque de délocalisation ! Vous avez des projets à porter souvent co-construits dans une démarche de gouvernance démocratique et des actions à réels enjeux sociétaux à mener.

Enquêter sur le secteur ciblé

Comme dans toute démarche de mobilité, essayez d’en apprendre un maximum sur le secteur ciblé et son écosystème (modèles économiques, acteurs, fonctionnement). Des sites tels que ess-France.org (la chambre française de l’ESS), udes.fr (union des employeurs de l’ESS), cressidf.org (la chambre régionale IdF de l’ESS) le-frenchimpact.fr (sur l’innovation sociale et environnementale) ou jobs.makesense.org regorgent d’informations. N’hésitez pas à vous rendre sur le terrain. Proposer votre aide quand la structure qui vous intéresse fait appel à des bénévoles..., autant d’initiatives utiles pour parfaire votre connaissance du secteur, prouver votre implication, vous présenter à travers la voie de l’engagement et prouver votre adhésion au projet. Enfin, pour agir en local et en fonction de vos envies et de vos valeurs, les sites francebenevolat.org et tousbenevoles.org vous aident à trouver des missions répondant à vos critères.

Adapter sa communication

A l’heure de se porter candidat ou candidates, il va falloir vous mettre en valeur sans vous excuser de venir d’ailleurs ! Montrez à votre interlocuteur votre réelle connaissance et intérêt du secteur. Mettez en exergue les passerelles, les points communs entre le poste que vous ciblez et vos emplois précédents. Insistez sur vos compétences transférables et vos qualités : capacité d’adaptation, facilité d’apprentissage, aisance relationnelle, créativité, curiosité intellectuelle, sens du service client… avec des exemples concrets à l’appui. En outre, n’hésitez pas, dans ce cadre, à évoquer vos loisirs ou vos engagements associatifs. La pratique de certains sports collectifs peut souligner votre esprit d’équipe, le soutien scolaire votre pédagogie et besoin d’être utile, la participation à des maraudes votre esprit de solidarité. Faites bon usage des recommandations que vous aurez obtenues de votre réseau : d’autres que vous pourront efficacement mettre en exergue vos qualités d’écoute, de bienveillance, d’implication et d’humilité, particulièrement appréciées dans ce secteur où l’humain est au centre ! Où la raison d’être de la structure s’écrit au quotidien !
Et comme pour tous les secteurs, le recruteur cherche le moteur de son futur développement : votre enthousiasme et votre motivation !

A propos de l'auteure

Stéphanie Santa Maria est consultante développement professionnel au centre Apec de La Défense. Après être intervenue auprès des entreprises, elle accompagne aujourd’hui des cadres à toutes les étapes de leurs parcours professionnels. Elle a rejoint l’Apec en 2009 après un DESS en sociologie des organisations et un parcours de dix années sur des fonctions RH à dominante recrutement, dans les secteurs banque, mutuelle, énergie, communication.

Voir tous les avis de nos experts