Quitter l’Île-de-France après un début de carrière
L’avis de nos experts
Laurence Charneau

Quitter l’Île-de-France après un début de carrière

Publié le 31/07/2020 par Laurence Charneau
Après quelques années de carrière en Île-de-France, vous rêvez de déménager. La qualité de vie hors de Paris ou les attraits de certaines régions vous font de l’œil et cette envie s’est encore accentuée avec la période de confinement du printemps dernier… Mais une mobilité géographique se prépare ! Comment quitter Paris en mettant toutes les chances de son côté ?

Ne vous précipitez pas

Quitter l’Île de France est une aspiration très fréquente chez les cadres de moins de 30 ans, mais si l’envie de quitter la région parisienne vous démange après seulement un ou deux ans de carrière, soyez patient. Acquérir cinq ans d’expérience est l’idéal avant de changer de poste. Moins de trois ans, vous serez toujours considéré par les recruteurs comme un ou une jeune diplômée. Au-delà, vous commencerez à vous enfermer dans un type de poste. Ce délai sera utilement mis à profit pour préparer votre mobilité. Ne négligez pas cette piste évidente à laquelle, pourtant, on pense parfois en dernier : pouvez-vous rester dans votre entreprise en quittant l’Île-de-France ? pensez à d’éventuelles mobilités internes, mais pas seulement : depuis la crise de la Covid-19, nombre d’entreprises ont revu leur politique en matière de télétravail. Plutôt que de perdre un collaborateur ou une collaboratrice efficace, certaines sont désormais prêtes à envisager une présence en entreprise que ponctuellement, pour les réunions importantes.

Renseignez-vous et allez sur le terrain

Avez-vous ciblé une ou plusieurs régions ? Si oui, mettez en place une veille active. Créer une alerte sur apec.fr pour recevoir dans votre boite mail les offres d’emploi de la région visée correspondant à votre profil. Ne vous fiez pas à vos souvenirs ou uniquement à des informations glanées sur internet : allez passer une semaine dans la zone qui vous intéresse. L’expérience de terrain est la meilleure manière de tordre le cou aux clichés. Vous découvrirez ainsi qu’il y a des embouteillages ailleurs qu’à Paris, qu’il ne pleut pas tous les jours en Bretagne ou que la Roche-sur-Yon est bien plus loin de la mer que vous ne l’imaginiez ! Si vous passez un entretien en région, même conseil : arrivez plus tôt et explorez les lieux. Une chargée d’urbanisme a ainsi été embauchée par une commune car elle avait pris le temps, avant son entretien, de faire le tour des ronds-points et d’explorer les trois entrées de la ville – sa curiosité et sa connaissance des lieux ont fait la différence aux yeux du recruteur !

Impliquez votre famille dans le projet 

Beaucoup de mobilités échouent car le conjoint n’a pas été suffisamment associé au projet. Si vous vivez en couple ou en famille, ne vous contentez pas d’évoquer votre envie de départ : posez clairement la question à votre conjoint et, pour éviter toute mauvaise surprise, impliquez-le très en amont. Emmenez-le visiter la région qui vous intéresse. Explorez ensemble le marché immobilier, planifiez un budget. Car un déménagement affectera l’équilibre de chacun : quelles écoles sont à proximité ? En cas de déménagement en zone rurale, faudra-t-il deux voitures ? Votre conjoint aura-t-il des opportunités professionnelles sur place ? Une vie culturelle, sportive, sociale ? Quelles activités pour les enfants à proximité ? Chacun doit pouvoir se projeter dans le nouveau lieu de vie.  


À propos de l’auteure

Laurence Charneau est consultante en développement professionnel au centre Apec de Nantes. Diplômée en psychologie sociale et travail, elle a occupé différents postes en ressources humaines (bilan de compétences, insertion, formation, etc.).

Voir tous les avis de nos experts